Accueil·Littérature asiatique·Mes chroniques·Romance

Appel du pied, de Wataya Risa

 « La solitude me sonne dans la tête. Un son de clochette, très aigu, à me casser les oreilles »

Appel du pied, éd poche

Titre original : Keritai Senaka

Genre : Récit de vie, Romance

Nationalité : Japonais

Date de publication : 2003

Traduction : Patrick Honnoré

Éditeur : Picquier poche

Note :  icones_01149 icones_01149 icones_01149


Résumé :

Ce journal intime d’une jeune fille qui n’arrive pas à s’intégrer dans sa classe est au plus près des sensations, de la contradiction, des sentiments qui affleurent sur la surface des apparences. De ces moments où l’on cherche un sol ferme sous ses pieds, pour s’aventurer à la découverte de la vie. Et lorsqu’on se sent attiré par un garçon qui vit confiné dans sa passion pour un mannequin vedette, on aimerait bien le réveiller de son rêve pour qu’il fasse ses premiers pas avec vous, sur ce chemin incertain.


Mon avis :

L’adolescence. L’âge bête selon les adultes mais pour les concernés, c’est la période du changement. On cherche sa place auprès des autres sans vraiment savoir comment faire. Certains ont plus de mal que d’autres et c’est le cas de notre héroïne. Se sentant en marge par rapport aux autres,  elle ne parvient pas à garder près d’elle sa meilleure amie qui, peu à peu, s’éloigne d’elle pour rejoindre « les autres ».  Cette solitude se fait d’autant plus ressentir quand elle se retrouve dans le groupe des « sans amis » et se retrouve avec un autre « sans ami », Ninagawa. Ce garçon étrange à la revue,  intrigue Hasegawa qui tente alors d’établir un contact. La manoeuvre réussit et dès lors, lentement, des liens se créent. Au fil du temps, ses liens deviennent plus profonds, plus intense aussi. Serait-ce les prémices d’un premier amour ?  Rien n’est plus possible. Alors comment faire face à cela ? Autant de questions auxquelles il faut répondre pour avancer sur le chemin de la vie, pour quitter l’innocence de l’enfance et devenir « grand ».

L’auteur nous fait ressentir avec beaucoup de justesse les sentiments contraires qui nous bouleversent durant cette période. Une belle plume et une petite dose d’humour adoucit le sentiment de tristesse qui envahit ce livre. Même si pour certains d’entre-nous, l’adolescence est  une période révolue et plutôt  synonyme de nostalgie, on parvient facilement à s’identifier aux personnages et on se plaît à découvrir le monde avec eux.  Comme un récit sans fin, Wataya Risa ne donne pas de véritable fin à son histoire. Elle la laisse en suspens et nous frustre par la même occasion. Mais peut-être est-ce cela qui fait le charme de ce récit ? Cette possibilité de nous imaginer notre propre fin, selon nos envies. En somme, un petit récit de vie agréable à lire et idéal pour se reposer l’esprit.

Bonne lecture !


Autres romans de Wataya Risa :

Install  Trembler te va si bien

  • Install
  • Trembler te va si bien
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s