Accueil·Fantastique·Littérature asiatique·Mes chroniques·Romance

Dis-lui que je l’attends, de Takuji Ichikawa

« C’était un jeune homme des plus singuliers. Tel le dernier des dodos avançant vers sa disparition inéluctable, il avait hérité à lui seul ce qui restait de la vertu perdue des hommes. »

Dis-lui que je l'attends

Genre : romance, fantastique.

Nationalité : Japon

Traduction : Mathilde Bouhon

Date de publication : 2014

Éditeur : J’ai lu et Flammarion

Noteicones_01149 icones_01149 icones_01149 icones_01149 icones_01149


Résumé :

Satoshi, bientôt trentenaire, est propriétaire d’une boutique de plantes aquatiques. Il peine à trouver le grand amour et reste hanté par le souvenir de ses deux amis d’enfance qu’il n’a pas revus depuis quinze ans. Un jour, une actrice et mannequin reconnue sonne à la porte : elle cherche un petit boulot et un toit pour la nuit. Satoshi est troublé : pourquoi cette jeune femme s’intéresse-t-elle à lui ? Et pourquoi ne la voit-il jamais dormir ? Quels secrets la belle peut-elle bien cacher ?


Mon avis :

Une fois de plus, la plume de Takuji Ichikawa m’a totalement séduite. Il parvient à dépeindre les sentiments avec beaucoup de délicatesse et de poésie, non sans oublier une pointe d’humour. L’amour, mais aussi l’amitié sont au programme. Au fil des pages on découvre la force d’une amitié sincère entre trois enfants et les balbutiements d’un premier amour en plongeant dans les souvenirs de Satoshi. On alterne ainsi entre passé et présent sans que cela ne perturbe notre lecture. Souvenirs enfouis qui resurgissent à l’arrivée d’une inconnue qui ne lui semble pas si inconnue. Petit à petit, les mystères se dénouent et nous transportent vers un au-delà pas si lointain. Et puis, chose amusante selon-moi, on retrouve ce chien sans voix, incapable d’aboyer et n’émettant qu’un simple « pouic, fil conducteur avec Je reviendrai avec la pluie. Contrairement aux histoires d’amour traditionnelles, celles où l’on sait à l’avance ce qui va se passer, la fille rencontre un garçon, c’est le coup de foudre etc, Takuji Ichikawa lui nous surprend. Il n’y a pas de guimauve et de mots doux, et c’est ce qui fait le charme de ce roman. L’amour est là, mais sans en faire trop. Je suis décidément tomber amoureuse de son univers à la fois réaliste et fantastique empreint de douceur et d’humour.

Bonne lecture !


Adaptation :

  • Sono Toki Wa Kare Ni Yoroshiku, réalisé par Yuichiro Hirakawa ( 2007 )

http://www.youtube.com/watch?v=WaGZ6KKk-aU

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s