Accueil·Mes chroniques·Science-fiction·Thriller

Cité 19 tome 1, de Stéphane Michaka

 « Dans cette foule qui ne lui était d’aucun réconfort, ces gens à qui elle n’osait confier son désarroi, il lui semblait avoir perdu quelque chose d’essentiel…Le présent. »

 

Couverture Cité 19, tome 1

Genre : Thriller, Science-fiction
Nationalité : Français
Date de publication : 2015
Éditeur : PKJ

Note :  icones_01149 icones_01149 icones_01149  icones_01149

 

 

 

 

 

 


Résumé :

Que faisait le père de Faustine à minuit au sommet de la tour Saint-Jacques ? Et qui l’a précipité dans le vide ?

Convoquée pour identifier le corps, Faustine ne reconnaît pas les mains de son père. Persuadée qu’il a été kidnappé par une secte mystérieuse, elle se lance sur la piste d’un inquiétant personnage. Elle suit l’homme dans une stattion de métro, trébuche, perd connaissance et se réveille… 150 ans plus tôt !

Pour Faustine, c’est le début d’une série d’aventures, aux confins du thriller, de la science-fiction et de l’Histoire.


Mon avis :

Malgré des débuts un peu difficiles, ce roman a su tout de même m’étonner et me plaire à sa façon. La quatrième de couverture m’avait énormément intriguée et c’est sans l’ombre d’une hésitation que je me suis lancée dans ma lecture. Malheureusement, j’ai trouvé que l’intrigue mettait un certain temps à se mettre en place et c’est pour cette raison que j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire de Faustine. En parlant d’elle, on ne peut pas dire que ce fut le coup de foudre. Elle n’est pas déplaisante mais pas non plus attachante. Je crois bien que c’est en partie à cause du fait que j’ai eu du mal à la cerner. En effet, l’auteur nous dresse deux portraits d’elle, assez distincts l’un de l’autre. Du coup, je me suis demandée laquelle était la vraie Faustine. Ce n’est qu’après, une fois le livre refermé et mes neurones en ébullition (le temps que l’information monte au cerveau voyez-vous) que j’ai compris l’approche de l’auteur qui, de fait, s’avère très bien menée. Mais (parce qu’il y a toujours un mais quelque part), même en aillant compris cela, je ne parviens pas à apprécier totalement ce personnage. Et malheureusement, même chose pour les autres protagonistes, Morgane et Vikram, bien que le second soit celui qui j’ai le plus apprécié parmi tous les personnages. Morgane m’a littéralement énervée. Je la trouve égoïste, hautaine et suffisante. Vous l’aurez compris, le courant ne passe pas avec elle mais peut-être les choses vont-elles changer dans le tome suivant. Du moins, je l’espère.

Néanmoins, pour en revenir à l’intrigue, j’ai aimé ce mélange entre thriller, science-fiction et récit historique. La second partie du tome est incontestablement celle que j’ai préféré. J’ai eu l’impression de vraiment entrer dans le vif du sujet et de commencer à comprendre ce qui arrive à Faustine. Mais, d’un autre côté, j’ai eu l’impression parfois que tout pouvait partir dans tous les sens. Mais c’est sans compter sur l’habilité de l’écrivain à jongler entre le « passé » et le présent, ainsi qu’entre les personnages. Par ailleurs, l’écriture et fluide et les petites interventions de l’auteur m’ont plu, je trouve que cela donne encore plus de vie au récit. Cité 19 fait partie des romans qui se lisent facilement et qui parviennent à capter l’attention du lecteur au moment où l’on s’y attend le moins. Je déplore tout de même quelques passages un peu longs, mais dans l’ensemble, tout se suit de façon claire et précise.

Si je devais décrire ce roman en un seul mot, je crois que je choisirais surprenant car je ne m’attendais pas à un tel revirement de situation. Et si vous aussi, vous souhaitez être surpris, vous savez ce qu’il vous reste à faire : plongez auprès de Faustine dans l’univers de Cité 19 !

En attendant le prochain tome, je vous souhaite une bonne lecture à tous !


L’auteur :

Stéphane Michaka

Stéphane Michaka est né à Paris le 17 octobre 1974.
 Après des études de lettres à l’Université de Cambridge (Royaume-Uni), Stéphane Michaka enseigne le français en Afrique du Sud. De retour en France, il travaille comme script-editor pour la télévision et écrit ses premiers textes pour la scène.
 Il est l’auteur de plusieurs pièces jeunesse dont Les Enfants du docteur Mistletoe (Éditions Espaces 34). Il est boursier du Centre National du Livre en 2004.
Il a écrit plusieurs fictions radiophoniques pour France Culture, dont une adaptation remarquée du Château de Kafka.
Sur la suggestion de François Guérif, il adapte sa propre pièce La Fille de Carnegie et en tire un roman publié chez Rivages/Noir sous le numéro 700 de la collection. La Fille de Carnegie a été sélectionné pour plusieurs prix littéraires : Prix du Polar SNCF, Grand prix des lectrices de Elle, Prix Senghor du premier roman francophone, Grand Prix de littérature policière.
 Stéphane Michaka est également traducteur de romans anglophones. Son troisième roman, Ciseaux, reçoit le Prix Révélation de la Forêt des livres et est sélectionné pour le Prix de Flore. Il est publié aux États-Unis par Random House sous le titre Scissors.

Son site : http://www.stephanemichaka.com/

Publicités

2 réflexions au sujet de « Cité 19 tome 1, de Stéphane Michaka »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s