Accueil·Dystopie·Science-fiction

U4, Yannis, de Florence Hinckel

 « Yannis, Stéphane, Jules, Koridwen ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 90 % de la population. Ils ne se connaissent pas, mails ils se rendent pourtant au même rendez-vous. »

Couverture U4 : Yannis

Genre : Science-fiction, Dystopie
Nationalité : Français
Date de publication : 2015
Éditeur : Nathan et Syros

Note :  icones_01149 icones_01149 icones_01149

 

 

 

 

 

 


Résumé :

Yannis vit à Marseille. Ses parents et sa petite sœur sont morts. Maintenant, il voit leurs fantômes un peu partout – peut-être qu’il devient fou? Quand il sort de chez lui, terrifié, son chien Happy à ses côtés, il découvre une ville prise d’assaut par les rats et les goélands, et par des jeunes prêts à tuer tous ceux qui ne font pas partie de leur bande. Yannis se cache, réussit à échapper aux patrouilles, à manger…

Mais à peine a-t-il retrouvé son meilleur ami que ce dernier se fait tuer sous ses yeux. Il décide alors de fuir Marseille et de s’accrocher à son dernier espoir: un rendez-vous fixé à Paris…


Mon avis :

Malheureusement, ce que je redoutais le plus vis -à-vis de cette saga s’est confirmé avec ce tome. En effet, bien que la première partie du roman soit totalement inédite, les trois autres parties quant à elle m’ont laissé un léger goût amer de déjà-vu. J’ai eu la sensation plus d’une fois de relire Stéphane, mais avec un angle différent qui, malheureusement, n’apporte pas grand chose. Les seuls moments qui diffèrent véritablement ne sont pas des plus enthousiasment, ils sont même un peu plats et décevants. De fait, mon enthousiasme pour cette saga est quelque peu retombée comme un soufflet.

En tout cas, une chose est sûre, je préfère largement le personnage de Yannis à celui de Stéphane. Et oui, même à travers les yeux de Yannis, je n’arrive pas à l’apprécier. À l’inverse, j’ai eu de la sympathie pour le jeune homme et surtout pour Happy, son chien. C’est deux là ont une complicité touchante qui ne peut laisser personne de marbre (en tout cas surtout pas moi !). Et puis Yannis est de loin le personnage le plus altruiste et le plus pacifiste que j’ai vu jusqu’à maintenant par rapport aux deux précédents. Il a un côté rêveur qui le pousse à n’espérer qu’une vie simple, faite de plaisir simple, à l’image de celle qui vient de s’éteindre. Et surtout, il refuse d’être manipulé et privé de liberté. C’est ce qui m’a plu chez lui : tout à la fois un rebelle, un rêveur et un pacifiste.

Néanmoins, malgré mon attachement pour ce personnage, je n’ai pas réussi à apprécier pleinement ce tome. J’ai eu la sensation désagréable de survolée des moments importants et de n’avoir qu’un récit décousu de l’histoire globale. Finalement, le fait que les personnages ne se retrouvent que vers la fin du récit est plus intéressant que celui de les voir réunis depuis le début contrairement à ce que j’avais pu penser. Là, il n’y a rien de nouveau, je savais à l’avance ce qui allait se passer puisque j’avais déjà lu Stéphane et Jules et les seuls épisodes qui auraient pu être intéressants sont trop concentrés à mon goût. Du coup, je conseille à tout ceux qui souhaitent et qui ne se sont pas encore lancés dans cette saga de commencer par le tome de Yannis et ensuite de choisir les autres tomes dans le désordre. Je dis cela car j’ai le sentiment que j’aurai pu apprécier beaucoup plus ce dernier si je l’avais lu avant celui de Stéphane. Mais, ce n’est que mon ressenti, libre à vous de choisir le tome qui vous inspire le plus pour commencer ! En plus de cela, il se lit facilement et c’est sans nul doute grâce à la plume de Florence Hinckel  qui est très agréable. Il a une impression de douceur et de poésie qui scie parfaitement avec le caractère de Yannis. D’ailleurs, je ne sais pas si c’est dû au fait que les tomes des garçons soient écrits par des femmes et inversement ceux des filles par des hommes, mais je trouve que les garçons sont beaucoup plus « fragiles » que les filles dans cette histoire. Et je dois bien avouer que j’aime ça ! (J’avoue, ça sent un peu le féminisme par ici !)

Pour en revenir à nos moutons, contre toute attente, même si ce tome m’a moins emballé que les précédents, j’ai tout de même hâte de découvrir celui de Koridwen qui, lui, promet de donner une toute autre vision de cette histoire. En espérant ne pas être déçue !

En attendant, je vous souhaite à tous une bonne lecture !

P.S : Je viens de remarquer que vous êtes presque 100 abonnés sur mon blog et je me dois de vous remercier pour l’intérêt que vous portez à mon blog. Ça me fait énormément plaisir de pouvoir partager avec vous mes lectures et mes impressions avec vous ! Alors je vous un dis grand MERCI à tous et surtout, n’hésitez pas à m’envoyer des commentaires ! J’aime connaître vos avis =)


L’auteur :

Afficher l'image d'origine

Auteur de romans jeunesse Gallimard Jeunesse, Nathan, Syros, Rageot, Sarbacane ou encore Talents hauts, Florence Hinckel est née dans le nord de la France en 1973. Elle a été une dizaine d’années professeur des écoles. Elle vit dans les Bouches-du-Rhône avec son mari et deux enfants.

Son site : http://florencehinckel.com/

Publicités

2 réflexions au sujet de « U4, Yannis, de Florence Hinckel »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s