Accueil·Fantasy·Mes chroniques

Kaleb, tome 1, de Myra Eljundir

« C’est si bon d’être mauvais »

Couverture Kaleb, tome 1

 Genre : Fantastique
 Nationalité : France
 Date de publication : 2012
 ÉditeurRobert Laffon

Noteicones_01149 icones_01149  icones_01149

 

 

 

 

 


Résumé :

À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort.

Sachez que ce qu’il vous fera, il s’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour où sa propre puissance le dépasse et où tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller ?


Mon avis :

J’étais très curieuse de découvrir ce roman après la lecture de son résumé. Malheureusement, contre toute attente, kaleb n’est pas ma tasse de thé. Je ne m’attendais pas du tout à ça, et ce qui aurait pu être une bonne surprise n’a finalement était que déception même si tout n’est pas négatif.

Tout d’abord, je trouve qu’il y a un véritable décalage entre le résumé et le contenu du roman. Du coup, fatalement, en découvrant au fil de ma lecture que ce résumé était quelque peu « brodé », j’ai eu du mal à m’immerger dans ma lecture. En lisant le mot « traqué », je m’attends à de l’action, à de la confrontation mais je n’ai pas retrouvé ça. Certes, il y a de l’action mais pas de véritable traque au sens propre du terme. J’attendais beaucoup de ce roman. Je m’imaginais tenir dans les mains quelque chose de différent qui me faire frissonner. Au final, il m’a a peine fait frémir. Je ne dis pas qu’il n’y a aucun passage sensible, car il y en a, mais j’ai été beaucoup plus choquée par d’autres romans que celui-ci. D’ailleurs, j’ai trouvé que l’intrigue mettait du temps à décoller. J’ai failli abandonner plus d’une fois ma lecture mais j’avais le secret espoir d’être étonnée, alors je me suis accrochée. Pas totalement en vain, mais presque. Mais, je crois surtout que c’est le style d’écriture qui fait que je n’ai pas adhéré. On ne peut pas dire que j’ai été charmée par la plume de l’auteure, même ce roman se lit relativement bien. Pourtant, l’intrigue en elle-même, surtout vers le milieu, est parvenue à me surprendre et à m’intéresser quelque peu. Pour autant, j’ai arrêté et repris ma lecture à plusieurs reprises. Les passages sur la vie de David Armstrong m’ont beaucoup plu mais je n’en dirais pas plus car je ne veux rien révéler de plus.

J’en viens maintenant aux personnages. Kaleb m’a laissé indifférente. Je n’aime pas ce personnage et cela n’a rien à voir avec le fait qu’il soit « méchant ». Dès le début, j’ai senti que ça ne passerait pas. Je ne saurais dire vraiment pourquoi, peut-être le côté tombeur m’a t-il déplu au départ, ou bien est-ce le fait qu’il soit un peu trop versatile. Dans un sens, je comprends parfaitement qu’il soit versatile à cause de son don, mais là, c’est trop. Le colonel aussi ne fait pas partie de mes favoris. Par contre, le personnage d’Abigail m’intrigue et est loin de me déplaire. Si je dois un jour lire la suite de cette histoire, ce ne sera pas pour retrouver Kaleb mais bien pour en savoir d’avantage sur cette dernière et voir son évolution. Et ce sera sans doute la seule raison qui me poussera un jour à lire le tome 2. Car, même si l’intrigue n’est pas déplaisante, surtout avec l’aspect de la mythologie islandaise et les révélations qui ont su me surprendre, je n’éprouve pas l’envie de continuer cette saga, en tout cas, pas dans l’immédiat.

Je ne peux cacher ma déception, car comme je l’ai dit, j’attendais beaucoup de cet ouvrage. Peut-être était-ce une erreur de ma part. Dans tout les cas, si vous êtes intéressé par cette lecture, ne vous fiez pas à son résumé, c’est un conseil que je peux vous donner pour éviter d’être déçu comme moi je le suis. Mais, je garde le secret espoir malgré tout que, quand l’envie me prendra, la découverte du tome 2 pourra me faire changer d’avis. Tout n’est donc pas perdu !

Sur cette petite note d’espoir, je vous souhaite à tous et toutes une bonne lecture !


L’auteur :

Myra Eljundir

Sous le mystérieux pseudonyme de Myra Eljundir se cache un auteur et scénariste francophone de talent, vivant en Islande.

À l’instar de Kaleb, sa trop grande empathie l’a conduite à s’isoler. Une façon de se protéger, ainsi que ceux qu’elle aime.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Kaleb, tome 1, de Myra Eljundir »

  1.  » Mais, je crois surtout que c’est le style d’écriture qui fait que je n’ai pas adhéré.  »
    Alors je suis contente de ne pas l’avoir acheté, mais de l’avoir en ebook. Je pense que je vais le lire, mais sans rien en attendre. Je ne peut donc pas être déçue 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s