Accueil·Mes chroniques·Science-fiction

Phobos, tome 1, de Victor Dixen

 « Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer »

Couverture Phobos, tome 1

Genre : Science-fiction
Nationalité : Français
Date de publication : 2015
Éditeur : Robert Laffon

Note :  icones_01149 icones_01149 icones_01149 icones_01149 icones_01149

 

coup-de-coeur


Résumé :

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.


Mon avis :

Je me suis pris une belle claque. Quand j’entends beaucoup parler d’un livre, je suis toujours un peu plus sur la réserve et du coup, beaucoup plus critique. Mais là, je baisse les armes et je m’avoues vaincue. Victor Dixen a réussi son pari, celui de me faire voyager dans l’espace et je crois bien que je suis encore en apesanteur au moment où j’écris cette chronique.

Parce que, c’est indéniable, ce roman est une petite pépite. Il y a tous les ingrédients nécessaires pour passer un excellent moment. Pour commencer, les personnages. Tous sans exception sont très bien construits, avec des personnalités bien définies, toutes plus différentes les unes que les autres. Je me suis très vite attacher à Léonor de part son fort caractère qui en fait cache une profonde blessure profonde. Car chaque personnage a sa propre histoire et aucune n’est idyllique. J’ai beaucoup apprécié le fait que l’on découvre ses histoires et les secrets qui en découlent mais je pense qu’il y a encore pas mal de chose à découvrir. D’ailleurs, j’ai soif d’en apprendre encore plus sur tous ses personnages, notamment Fang Fang et Elisabeth ou encore Kenji pour ne citer qu’eux. Le personnage de Serena est le plus fascinant pour moi, je trouve qu’elle est particulièrement intrigante et redoutable.

Mais encore plus que les personnages, c’est l’intrigue qui m’a véritablement enchanté. Tout d’abord, le fait que cette dernière ne soit pas concentrée uniquement sur Léonor est un gros point positif pour moi. Cela permet de découvrir les personnages tout en suivant plusieurs intrigues sans qu’il est pour autant de confusion. De fait, pas le temps de s’ennuyer et cela ajoute grandement au suspense. Car, du suspense, il y en a et moi j’adore ça ! Victor Dixen fait de nous à la fois des lecteurs omniscients tout en gardant quelques cartes dans sa manche pour les révéler pile au bon moment. Puis, la fin est arrivée et là : frustration totale  mais en même temps waoouh ! J’avais le sourire jusqu’au oreilles tout en me disant : quoi ? Mais non, encore !. Et puis là que je me suis souvenue que la suite m’attendez bien sagement sur mon étagère. Je ne peux pas patienter, je veux absolument découvrir la suite, donc forcément, le tome 2 va être ma prochaine lecture !

Je pense que, comme beaucoup de monde, Victor Dixen est une très belle découverte et je ne manquerai pas de suivre avec assiduité ses activités d’écrivain.

Je vous retrouve très prochainement pour vous donner mon avis sur la suite des aventures de Léonor et de ses coéquipiers astronautes. Mais en attendant je vous souhaite une bonne lecture à tous et à toutes !

Bises à vous mes petits bouquineurs !

GIF MANGA


L’auteur :

victor-dixen

De mère française et de père danois, Victor Dixen a vécu une enfance faite d’éclectisme culturel, de tours d’Europe et de somnanbulisme. Il a fait de ses longues nuits d’écriture ses meilleurs alliées, le berceau de son inspiration. Ainsi remporte-t-il en 2010 le grand prix de l’Imaginaire jeunesse pour le premier tome de sa tétralogie Le Cas de Jack Spark. Il récidive en 2014 avec son nouvel opus, Animale, la malédiction de Boucle d’or.

Dans son sixième roman, Phobos, le premier volet d’une série, ce jeune auteur de trente-six ans embarque ses héros dans une épopée spatiale haletante, au bout de l’espace et au bout d’eux-mêmes. Après avoir vécu en Irlande et dans le Colorado, Victor Dixen habite maintenant à Singapour.

Publicités

13 réflexions au sujet de « Phobos, tome 1, de Victor Dixen »

  1. Personnellement je n’aime pas ce genre de roman… trop futuriste trop irréalistes et puis les romans du genre télé-réalité je sais pas j’accroche pas…
    Mais en tout cas je suis contente qu’il t’ai plu 😉

    J'aime

    1. Justement le côté télé-réalité ne m’a pas gêné (pourtant dieu sait que je n’aime pas ça), je trouve qu’il passe relativement bien de part la façon que Victor Dixen l’a traité et pour le côté futuriste il est là mais c’est tout à fait réaliste pour moi ^^

      J'aime

  2. Un GROS coup de coeur de mon côté aussi, tellement que j’ai couru acheter le deuxième tome le lendemain. Tome que j’ai d’ailleurs dévoré en quelques heures non-stop tellement il est excellent lui aussi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s