Accueil·Fantasy·Mes chroniques

Sword Art Online, tome 2 : Fairy dance, de Reki Kawahara et Abec

« La première race qui atteindra la cité légendaire en haut de l’énorme Arbre Monde […] renaîtra en tant qu’ « Alf »  l’authentique race des fées. »

 

Couverture Sword art Online (roman), tome 2 : Fairy dance

 Genre : Fantasy
 Nationalité : Japon
 Traduction : Rémi Buquet
 Date de publication : 2015
 ÉditeurOfelbe

Illustrations : Abec

Noteicones_01149 icones_01149  icones_01149 icones_01149 icones_01149

 

coup-de-coeur

 

 

 

 


Résumé :

« Bienvenue dans ALfheim Online »

Kazuto Kirigaya, plus connu sous le pseudonyme de Kirito, revient sain et sauf de sa quête de la forteresse d’Aincrad, alors qu’Asuna « l’Éclair Fulgurant », la fille dont il est tombé éperdument amoureux à l’intérieur de SAO ne se réveille malheureusement pas de son long coma…
Kazuto se rend à l’hôpital autant qu’il le peut pour veiller sur elle, soutenu par sa soeur Suguha. C’est lors d’une de ces visites que Kazuto apprend de la bouche même de Nobuyuki Sugô, un ingénieur-programmeur, que ce dernier est sur le point de se marier avec Asuna sans attendre son réveil.
Au même moment, Agil, un ancien compagnon de lutte de Kazuto, lui signale qu’un avatar ressemblant étrangement à Asuna, serait retenu prisonnier dans un nouveau VRMMO qui fait fureur : « ALfheim Online » !


Mon avis :

Il y a peu, je me suis lancée dans la lecture de la série Sword Art Online, un light novel venu tout droit du Japon. Le premier tome m’avait charmé, malgré quelques petites « imperfections ». Aujourd’hui, je viens de terminer la suite des aventures du jeune Kirito et cette fois, le charme a opéré pleinement ! Cette saga m’apparaît de plus en plus incontournable et il me tarde de me plonger dans le prochain tome (que j’ai déjà hihi !).

Tout d’abord, ce qui avait fait défaut dans le précédent tome par rapport au découpage de l’intrigue n’apparaît pas dans ce second tome. L’action est fluide, du début jusqu’à la fin, mais avec ce petit plus que j’aime tant, à savoir les différents points de vue des personnages. Je n’ai pas vu les pages défiler ! D’ailleurs, en parlant de personnage, le fait que l’action se concentre sur trois personnages permet de se retrouve un peu plus facilement que dans le premier tome. J’ai eu un peu de mal à ma rappeler des anciens personnages cités à la fin du roman, à l’exception de Agil et Klein que j’aurais aimé voir plus, je dois bien l’avouer. La relation entre Kirito et Leafa est intéressante et complexe et j’ai vraiment aimé voir évoluer Leafa au cours de cette aventure. Mais, le gros plus de ce roman est le fait que les personnages oscillent constamment entre réalité et virtualité ce qui enrichit fortement le récit d’après moi. Les frontières du jeu vidéo sont repoussés et j’en suis venue à envier ces personnages qui ont la possibilité de s’immerger complètement dans un jeu vidéo. Sincèrement, ça fait rêver !

Pour en revenir au personnage, celui d’Obéron incarne à la perfection le méchant perfide et dérangé que l’on hait dès les premières secondes. À côté de lui, Akihiko Kayaba paraît beaucoup plus inoffensif, voire même sympathique. Kirito lui reste égal à lui même et ce n’est pas pour me déplaire. Il est déterminé à sauver Asuna et fait tout pour y parvenir. Leafa, alias Suguha, est un personnage à la fois doux et fort qui lutte contre ses sentiments. Le seul petit bémol que je peux citer pour cette saga est que les filles tombent un peu trop vite sous le charme du jeune héros. Toutefois, cela n’empêche pas d’apprécier le reste de l’histoire, d’autant que j’ai trouvé ce tome un peu plus sombre que le précédent, notamment vers la fin où certaines scènes sont plus crues et plus violentes que dans le précédent tome.

Au risque de me répéter, il me tarde de découvrir un nouvel univers au côté de Kirito et d’ailleurs, je ne vais pas attendre bien longtemps puisque je compte entamer ma lecture dès maintenant !

Vous l’aurez compris, je vous retrouve très vite pour la suite et vous souhaite une bonne lecture à tous et à toutes !

Plein de bisous à vous mes petits bouquineurs !

Tous droits réservés. Reproduction interdite.
Tous droits réservés.

 

 

 

 

 

 

 


L’auteur :

Afficher l'image d'origine

Reki kawahara, alias Fumios kunori, est né le 17 août 1974 au Japon. Reki Kawahara a écrit le premier volume de SAO en 2002 et l’a présenté au Prix du roman de jeu Dengeki mais le projet a été refusé. Il l’a alors publié sur Internet sous le pseudonyme Fumio Kunori. L’éditeur ASCII Media Works a demandé à Reki Kawahara de reprendre son ancien projet, Sword Art Online, ce qu’il a accepté. La publication a alors commencé en avril 2009. La série animée démarre à partir du 7 juillet 2012 et le roman en 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s