Accueil·Fantastique·Littérature asiatique·Mes chroniques·Thriller

King’s Game, de Nobuaki Kanazawa

« 1 classe, 32 élèves, 24 heures pour obéir. Une seule sanction : la mort. »

Couverture King's Game (roman), tome 1

 Genre : Thriller
 Nationalité : Japon
 Traduction : Yohan Leclerc
 Date de publication : 2009
 ÉditeurLumen

Note : icones_01149 icones_01149 icones_01149  

 

 

 

 

 

 


Résumé :

Nobuaki est réveillé en pleine nuit par un étrange message qui met au défi deux de ses camarades de lycée de s’embrasser. À en croire le mystérieux expéditeur du mail, la classe entière participe à un “King’s Game”, un jeu du Roi auquel elle ne peut se soustraire. Jour après jour, à minuit pile, un nouveau défi s’affiche sur le téléphone portable des lycéens, qui finissent par découvrir la cruelle vérité : ils ont 24 heures pour exécuter les ordres du Roi, et la sanction en cas de désobéissance est la mort.

Suicides ou meurtres ? Puissance occulte ou criminel de chair et de sang ? La mort s’abat inéluctablement sur ses jeunes victimes, où qu’elles se trouvent et quoi qu’elles tentent pour s’échapper. Le couperet se rapproche dangereusement de nos héros… Parviendront-ils à démasquer le Roi avant qu’il ne soit trop tard ?


Mon avis :

Avant de commencer ma lecture, j’étais très emballé par le résumé, même s’il s’agit d’un thriller, un genre qui ne fait pas vraiment parti de mes lectures de prédilections mais que j’aime lire de temps à autre. Je me suis donc lancée dans cette lecture avec un bon pressentiment et au début, il se confirmait. Sauf que voilà, au final, je finis totalement mitigée face à ce roman.

De fait, je ne peux pas dire qu’il m’est totalement déplu car le côté thriller était bel et bien là et que plus d’une fois le suspens m’a tenu en haleine. Mais à côté de ça, je n’ai pas spécialement accroché au style d’écriture. Trop saccadé,  trop précipité, trop de dialogues dans lesquels on se perd parfois vu la multitude de personnages. En fait, en le lisant, j’ai eu l’impression de regarder un film, avec des séquences coupées pour faire monter le suspens. Mais, le gros point faible de ce roman, selon moi, est que je n’ai éprouvé aucune sympathie pour les personnages, que se soit le héros ou les autres protagonistes. La seule émotion que j’ai ressenti a été le dégoût par rapport à certaines scènes. Peut-être est-ce parce que je ne suis pas habituée au genre mais âme sensible s’abstenir. L’aspect émotionnel est pour moi trop peu développé et le héros n’a pas grand intérêt. Et puis, le sexe est trop présent au début du roman par rapport aux gages. Néanmoins, ce roman n’est pas un simple thriller car il met aussi en avant les travers de la société en abordant des thèmes comme la prostitution, le viol ou encore les brimades scolaires.

Maintenant la fin. Comment vous dire ?  C’est pour moi complètement tiré par les cheveux, l’explication n’en est pas une et le héros est déroutant dans son comportement. Avec tout ce qui se passe dans ce roman, pleurnicheuse comme je suis, j’aurais du verser une larme pour les héros. Mais là rien. Pas même une larmichette, c’est pour dire. Pourtant, lorsque j’ai lu l’épilogue, j’ai voulu connaître la suite. Paradoxal non ? Voilà pourquoi je suis mitigée. Dans un sens, j’ai trouvé plusieurs points négatifs mais  je ne l’ai pas pour autant abandonner. En fait, j’ai envie de voir jusqu’où ce jeu du roi peut aller et comment il peut évoluer, en sachant que trois tomes succèdent à ce dernier. J’en suis donc arrivé là, à me demander si oui ou non je continue cette saga.

Et pour une fois, je vais vous demander votre avis pour trancher la question ! D’après-vous, je continue ou j’abandonne ?

En attendant vos réponses en commentaire et de me décider si oui ou non je poursuis l’aventure, je vous souhaite à tous et à toutes une bonne lecture !

Bises à vous mes petits bouquineurs !

Tous droits réservés. Reproduction interdite.


 L’auteur :

Afficher l'image d'origine

Nobuaki Knazawa est né en 1982 dans la préfecture de Hiroshima. Après l’université, il commence des à écrire des romans par passion tout en travaillant dans l’informatique. Sa première oeuvre, King’s Game, a connu un succès retentissant et a fait de lui un auteur phénomène au Japon. Non seulement il a fait du portable un des ressorts principaux-presque le personnage central-de ses thrillers, mais il a fait partie des auteurs découverts par le biais d’Internet et des nouvelles technologies. Ce maître du suspens en est déjà à son septième roman.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s