Accueil·Fantastique·Manga / Bande dessinée·Mes chroniques·Shonen

The bride of the fox spirit, de Rihito Takarai et Miryû Masaya

 

Couverture The bride of the fox spirit

Genre : Shojo

Nationalité : Japonais

Date de publication : 2016

Éditeur : Taifu

Note :  icones_01149  icones_01149 icones_01149 icones_01149

 

 


Résumé :

Voilà qu’à cause d’un kotodama dont il ne connaissait même pas l’existence, Shin se retrouve marié à Ginrei, un beau gosse affublé d’une queue et d’une paire d’oreilles et qui si trouve être un esprit renard ?! Sans compter que s’il n’arrive pas à ôter l’anneau qui est le symbole de leur union, il se fera dévorer par celle dont il a malencontreusement pris la place, une renarde maléfique à 9 queues !

Le malchanceux Shin et le hautain Ginrei sont forcés de collaborer et s’engagent dans une course contre la montre pour mettre un terme au lien qui les unit !


Mon avis :

Il m’est impossible de commencer cette chronique sans remercier au préalable les éditions Taifu et Livraddict pour  ce partenariat qui m’a permis de découvrir ce manga qui avait éveillé ma curiosité. Curiosité aujourd’hui pleinement satisfaite et en plus de ça couplée à une très agréable découverte. Que demander de plus ?

Si, je sais, peut-être quelques explications. Tout d’abord, ce qui m’a attiré dans ce manga, c’est ça couverture mais également son résumé, qui n’a pas manqué de me rappeler un autre manga que j’adore, Divine Nanami. Du coup, je me suis plongée dans ma lecture avec envie, et cette envie c’est petit à petit changée en plaisir. L’intrigue est plaisante, on ne s’ennuie pas une seule seconde et ça, c’est un très bon point. En plus de ça, on a le sourire, on rit même à certains moments face à des personnages un peu loufoques mais aussi attachants. J’ai un énorme faible pour Ginrei, en partie parce que j’adore les renards, mais aussi parce qu’il me fait un peu penser aux héros de mes dramas coréens de part son attitude envers Shin. En parlant de ce dernier, au début, je l’ai trouvé un peu gauche mais très rapidement, on sent que ce personnage va évoluer tout au long de l’histoire. De fait, il n’est pas question d’amour ici, contrairment à ce que l’on pourrait s’imaginer, mais plutôt d’amitié et de dépassement de soi.

Mais, ce qui m’a le plus plu, c’est sans nulle doute l’aspect graphique. Je ne connaissais pas Rihito Takarai, mais maintenant que je l’ai découvert, je ne manquerai pas d’aller voir ces autres ouvrages car son coup de crayon m’a énormément plus de part la finesse des traits et surtout les émotions des personnages qui transparaît à la perfection. Par contre (oui, il y a comme même un petit bémol), je ne m’attendais pas à cette fin. Pour moi, ça tombe un peu à plat et je pensais qu’il y aurait une suite. Malheureusement, après quelques petites recherches, il semblerait que non. Dommage car j’aurais beaucoup aimé retrouver ses personnages et en découvrir un peu plus sur les divinités japonaises et sur l’évolution de Shin. D’autant qu’au final, l’intrigue paraît trop rapide au final. Il n’en reste pas moins que j’ai apprécié ma lecture et que j’ai découvert un mangaka grâce à ce manga. Un one-shot que je vous conseille, surtout si vous aimez les renards et la magie !

Afficher l'image d'origine

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bon dimanche mais surtout une bonne lecture !

Bisous à vous mes petits bouquineurs !

Tous droits réservés. Reproduction interdite.
Tous droits réservés

 

 

 

 

 

 

 

 


Les auteurs :

Afficher l'image d'origine

Rihito Takarai est un auteur de mangas, née un 17 octobre à Hiroshima.
Son premier manga publié est Seven days, en 2007, qu’elle a écrit en collaboration avec un scénariste, et depuis elle n’a que peu de titres à son actif, mais ils sont toujours attendus et reconnus. Rihito Takarai a de plus mis quelques années avant de se lancer seule et de proposer son propre scénario, préférant auparavant s’atteler au dessin uniquement.
Elle a pourtant quelques activités annexes. En premier lieu, un cercle de dojinshi, Giga Traper, pour lequel elle dessine sur « Prince du Tennis », série assez classique dans cet univers. Elle s’en est inspiré depuis 2004, date de son tout premier dojinshi, et depuis 2008 elle se consacre plus spécialement à ses mangas. L’auteur a également illustré le premier volume d’une série de drama CD, Honeymoon, lancée par l’éditeur Fortisimo, qui propose de vivre sa lune de miel avec un homme idéal.

Afficher l'image d'origine

Miryû Masata est une scénariste japonaise, né un 8 septembre. Elle a reçu le Prix d’encouragement de la quatrième édition du grand prix scénario et story-board de Wings pour Bride of the fox spirit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s