Accueil·Contemporain·Historique·Mes chroniques

La Dernière réunion des filles de la station-service, de Fannie Flagg

« Quel bonheur de se retrouver dans les airs, même si l’avion n’était qu’un Piper Club.« 

 

Couverture La dernière réunion des filles de la station-service

Genre : Contemporain
 Nationalité : Etats-Unis
 Date de publication : 2015
 Éditeur : Cherche midi

Traduction : Jean-Luc Piningre

Noteicones_01149 icones_01149  icones_01149 icones_01149 icones_01149

coup-de-coeur

 

 

 

 

 


Résumé :

Point Clear, Alabama. Après avoir marié la dernière de ses filles, Sookie Poole aspire à un repos bien mérité. Elle aimerait se consacrer enfin à elle, à son couple, faire avec Earle, son mari, les voyages dont elle rêve. Mais elle doit encore compter avec sa mère, l’incroyable Lenore Simmons Krackenberry qui, à 88 ans, épuise les infirmières à domicile les unes après les autres. Si certains de ses coups d’éclat récents peuvent laisser penser qu’elle souffre de démence sénile, le diagnostic n’est pas aisé à établir car, toute sa vie, son comportement a été des plus excentriques.
Le jour où un mystérieux interlocuteur révèle à Sookie un secret de famille parfaitement inattendu, son existence vole en éclats, à commencer par ses rapports avec sa mère. Afin de comprendre qui elle est vraiment, Sookie va alors se mettre sur la piste d’une femme exceptionnelle, Fritzi, qui, en 1940, tenait avec ses trois soeurs une station-service dans le Wisconsin. Le destin incroyable de Fritzi donnera-t-il à Sookie une nouvelle inspiration pour sa propre vie ?


Mon avis :

Il y a quelques temps déjà, j’ai découvert Fannie Flagg grâce à ma copinaute Johanna lors d’un swap que nous avons réalisé ensemble. De fait, cette auteure est (je ne pense pas trop m’avancer en disant cela) l’une de ses auteurs préférés et j’avais donc glissé dans son colis l’un de ses romans. Mais ma découverte s’arrêta là, jusqu’à ce fameux jour de décembre où ma médiathèque chérie organisa un vide-bibliothèque et où j’y dénichai, non sans une petite pensée pour ma copinaute, un roman de cette auteure. Du coup, je me suis dit que ce serait amusant de le découvrir ensemble. Et pour tout vous dire, je comprends dorénavant pourquoi Fannie Flagg plaît tant à Johanna.

Maintenant, après ces petites explications, je vais enfin vous dire ce que je pense de ce roman. En un mot : F.A.N.T.A.S.T.I.Q.U.E.

Tout d’abord, les personnages. Quand je repense à Sookie, Fritzi ou encore Lenore, le mot qui me vient à l’esprit est détonante. Ces trois femmes sont toutes charismatiques, avec des personnalités bien définies. J’ai tout de même une petite préférence pour Fritzi, car elle incarne la femme forte et libérée qui prend sa vie en main dans un contexte historique difficile. Une sorte d’héroïne de l’ombre que l’on rêve de rencontrer. Néanmoins, j’ai aussi beaucoup aimé Sookie, cette soixantenaire complexée par une mère un brin loufoque qui voit sa vie chamboulée du jour au lendemain. Lenore quant à elle est la vieille bourgeoise anglaise, attachée à ses racines, qui ne cesse de ressasser ses regrets. Ce trio fonctionne à merveille et j’ai pris un plaisir certain à suivre leur histoire.

De fait, il y a bien longtemps que je ne m’étais pas autant amusé à lire un livre. De l’humour qui fait mouche, que se soit dans les dialogues ou dans le comportement des personnages, ça ça me plaît ! Sincèrement, en lisant le résumé, je ne m’attendais pas du tout à ça. Mais la surprise n’en a été que meilleure. D’autant qu’à cela se mêle subtilement l’Histoire. L’alternance entre le récit des années 40 et celui des années 2000 fait qu’on ne voit pas les pages défiler. On en apprend beaucoup sans s’en rendre compte, ce qui est un plus. Ajouté à cela des chapitres courts qui rythme à la perfection l’histoire. Pas le temps de s’ennuyer !

Mais ce qui m’a le plus plu dans ce roman est, sans l’ombre d’un doute, la fin. Toutes nos certitudes sont ébranlées et les révélations qui s’en suivent m’ont ému. Véritablement, j’avais les larmes aux yeux en parcourant les derniers pages. Je l’ai refermé avec le sourire jusqu’au oreilles, le coeur gonflé de joie et d’espoir. Ce roman à l’humour décapant, avec son zeste d’Histoire et sa pointe de féminisme, est un pur moment de détente et de plaisir. Une petite douceur pour appréhender le printemps avec le sourire. Il va de soi que je ne manquerai pas de lire d’autres romans de Fannie Flagg, cette auteure qui m’est restée trop longtemps inconnue.

Avant de vous quitter, je me dois de remercier ma petite Johanna, sans qui je n’aurais peut-être pas découvert cette petite merveille. Et maintenant, je vous abandonne pour mieux vous retrouver dans une prochaine chronique !

Bien sûr, vous pouvez aller voir la chronique de Johanna ici.

Bisous et bonne lecture à vous mes petits bouquineurs

 

Tous droits réservés. Reproduction interdite.
Tous droits réservés

 

 

 

 

 

 

 


L’auteure :

Résultat de recherche d'images pour "fannie flagg"

Fannige Flagg est née à Birmingham, Alabama. Elle est l’auteur de huit romans.

Publicités

2 réflexions au sujet de « La Dernière réunion des filles de la station-service, de Fannie Flagg »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s