Accueil·Contemporain·Jeunesse·Mes chroniques

Zouck, de Pierre Bottero

« La musique était une onde qui me portait. Toujours plus haut. Je me sentais légère, presque éthérée. J’avais la sensation que mes gestes pouvaient s’affiner jusqu’à devenir parfait.« 

Couverture Zouck

 Genre : Contemporain, Jeunesse
 Nationalité : France
 Date de publication : 2017
 ÉditeurFlammarion jeunesse

Noteicones_01149 icones_01149  icones_01149 icones_01149

 

 

 

 

 

 


Résumé :

Anouck, dite Zouck, a une passion : la danse. Qu’elle partage avec sa meilleure amie : Maiwenn. Jusqu’au jour où elle s’éloigne l’une de l’autre. Zouck, obsédée par l’idée de perdre quelques kilos superflus, se coupe du monde. De son côté, Maiwenn, follement amoureuse, devient de plus en plus distante


Mon avis :

Parfois il est bon de prendre son temps, de se poser tranquillement et de se détendre avec un petit roman. D’autant plus lorsque l’on a une panne de lecture. Mais grâce à Pierre Bottero, j’ai le sentiment que cette panne s’allège un peu.

Car en quelques pages, l’auteur a su me convaincre. Certes, j’ai trouvé le début un peu mou mais au final, en prenant en compte l’ensemble de ce roman, je l’ai très vite oublié. Tout simplement parce que cette lenteur contraste avec la seconde partie du roman. Au début, nous faisons connaissance d’une jeune fille ordinaire, une élève studieuse aimant danser. Le ton est léger et l’écriture fluide. Puis ce quotidien sans heurt se brise et l’histoire bascule. L’atmosphère joviale du début s’assombrit. L’écriture change, se saccade, côtoie la poésie. La tension monte et la réalité devient une souffrance. Une souffrance parfaitement retranscrit, avec une justesse étonnante.

Impossible de quitter sa lecture, on est happée. On suit Anouck dans sa transformation, à la fois mentale et physique et on s’attache à elle sans s’en rendre compte. La fin du roman est encore plus envoûtante, surtout les dernières pages. On en vient à regretter de ne pas en avoir plus. Pierre Bottero vous charme de sa plume tout en abordant un sujet difficile, rarement abordé surtout pour la jeunesse. Et c’est ce qui rend ce roman si intéressant et intense. Tout est juste, des personnages à l’intrigue et surtout l’écriture. Je ne manquerai pas d’aller lire ces autres ouvrages pour découvrir un peu plus cet auteur de talent.

Le seul bémol que j’émets est la lenteur du début qui m’a empêché d’avoir le coup de coeur. D’autant plus que la fin est trop rapide à mon sens. J’en voulais plus, que l’on approfondisse un peu autour de cette maladie. Alors même si j’ai beaucoup apprécié ma lecture, il manque ce petit truc en plus qui fait battre le coeur et fait naître un sourire sur les lèvres.

Néanmoins, cette lecture reste incontournable et je vous la recommande pour cet été, encore plus avec les diktats de la beauté qui circulent en ce moment dans les magazines. La beauté est subjective et ce roman nous le rappelle à sa manière.

Je vais maintenant aller profiter du soleil en quelques foulées, et peut-être faire deux ou trois pas de danse sur l’herbe pour me sentir légère comme l’air.

Bisous à vous mes petits bouquineurs !

Tous droits réservés. Reproduction interdite.
Tous droits réservés.

 

 

 

 

 

 

 


L’auteur :

 

MarPierre Botteroié et père de deux filles, Pierre Bottero a exercé pendant longtemps, la profession d’instituteur avant de se consacrer entièrement à l’écriture.
Il a publié ses premiers textes chez Flammarion, dont « Amies à vie », son premier livre, avant d’éditer chez Rageot la saga d’Ewilan, une double trilogie d’heroic fantasy, genre qu’il affectionnait particulièrement. D’autres projets d’écriture ont vu le jour, principalement chez Rageot. Bottero, lorsqu’il n’était pas en tournée aux quatre coins de la France pour des animations ou des salons, passait l’essentiel de son temps à écrire.
Pierre Bottero a remporté le prix Ados Rennes/Ille-et-Vilaine 2008 pour le premier tome de « L’autre, le souffle de la hyène », paru chez Rageot. Ce prix est décerné chaque année par les collégiens du département d’Ille-et-Vilaine qui doivent voter parmi dix livres en compétition. Le 4 décembre 2008, Pierre Bottero se voit décerner le prix du Paille en queue, à l’occasion du troisième salon du livre de jeunesse de l’océan Indien au Port à la Réunion.
Pierre Bottero est mort à l’âge de 45 ans d’un accident de moto.

(Source : https://www.babelio.com/auteur/Pierre-Bottero/14681)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s