Accueil·Manga / Bande dessinée·Mes chroniques·Romance·Yaoi

Gift : La Bête blanche ne voit rien et n’entend rien, de Ichinose Yuma

Genre : Yaoi

Nationalité : Japonais

Date de publication : 2018

Traduction : Justine Mouron

Éditeur : Boy’s love

Note :  icones_01149 icones_01149 icones_01149

 


Résumé :

Yutaka, entraineur de boxe, fait un jour la rencontre de Kei, un jeune homme étrange aux cheveux blancs et aux yeux clairs, lors d’une bagarre de rue. Sur un coup de tête, il lui donne la carte de visite de son club de boxe, espérant que Kei vienne y participer ; mais lorsque celui-ci débarque quelques jours plus tard, il menace de révéler l’homosexualité de Yutaka au père de celui-ci, un ancien boxeur renommé. En échange de son silence, Kei demande à être logé à l’internat du club jusqu’à sa majorité dans quelques mois ; Yutaka, obligé d’accepter, lui fait tout de même promettre de suivre ses entrainements de boxe. Toutefois, malgré son désintérêt pour le sport, Kei se révèle très vite doté d’un talent naturel impressionnant …


Mon avis :

Avant de débuter cette chronique, j’ai envie de vous raconter une petite anecdote à propos de ce manga. En fait, je n’aurais probablement jamais eu ce manga en ma possession sans une petite erreur de commande. Du coup, au lieu de deux mangas, j’en ai eu trois. Une sorte de petit « cadeau » avant Noël (j’ai tenté une petite blague mais pas sûr de sa qualité). Un cadeau surprise  qui ne m’emballait pas vraiment mais que j’ai tout de même lu, par curiosité.

Malheureusement, son charme n’a pas vraiment opéré sur moi. D’une part, l’univers de la boxe n’avait rien de très attrayant à mes yeux et encore maintenant d’ailleurs. D’autre part parce que l’intrigue ne m’a pas convaincue. Je m’explique. Déjà, le début de la relation entre nos deux héros, Yutaka et Kei me semble étrange et peu crédible. Sans parler du fait qu’elle m’a laissé totalement insensible. À aucun moment je n’ai ressenti de l’affection pour ce couple. Par contre, j’ai beaucoup apprécié le personnage de Kei. C’est un personnage à la personnalité complexe dû à son passé douloureux. D’ailleurs, la façon dont la mangaka traite cette personnalité ambiguë est originale et terriblement intéressante. C’est l’un des rares aspects du manga que j’ai apprécié et qui suscite ma curiosité pour le suivant.

Ensuite, pour en revenir à l’intrigue, il ne se passe pas grand chose. J’ai aimé voir l’évolution du personnage de Kei, mais concernant Yutaka … rien. Ce personnage m’indiffère. Je le trouve trop passif et pour le coup pas assez combatif pour un boxeur. C’est certainement le but recherché me direz-vous, et probablement, mais je crois que je m’attendais à un peu plus de rapport de force entre les deux hommes. Certes, il y a un peu de violence, ne serait-ce qu’à travers les épreuves subit par Kei lorsqu’il était plus jeune mais c’est tout. Pour moi, il manque clairement quelque chose : de l’intensité.

Du coup, je suis plutôt mitigé face à cette histoire. Je n’ai pas totalement détesté mais je ne suis pas non plus intriguée pour la suite. Si je devais lire la suite, ce serait uniquement pour voir l’évolution de Kei car j’ai vraiment apprécié le personnage mais je ne pense pas que ce soit suffisant pour me faire continuer. D’autant que d’autres titres me font terriblement de l’oeil. Mais bon, il ne faut jamais dire jamais !

Ce manga n’a pas gagné par K.O. C’est à peine si le match m’a tenu éveillé mais il n’en reste pas moins divertissant. Le prochain match, s’il a lieu, sera déterminant pour le classement final.

Bises à vous mes petits bouquineurs !
Tous droits réservés. Reproduction interdite.
Tous droits réservés

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La mangaka :

Yuma Ichinose a fait parti du collectif Bessatsu Volleyball avant d’entamé sa carrière professionnelle en 2008 chez Tokuma Shoten. Après quelques one-shot, elle se lance dans sa première série «Gift» aux éditions Gentosha. Le premier tome, paru en juin 2015, a été nommé 7ème Meilleur Manga Original au Chil-Chil BL Award 2016.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Gift : La Bête blanche ne voit rien et n’entend rien, de Ichinose Yuma »

  1. J’avoue que ce n’est pas un manga vers lequel je me tournerais personnellement non plus mais bravo à toi d’avoir tout de même tenté le coup ; ça ne fait pas de mal de découvrir d’autres genres, même si ça ne peut être un essai gagnant à chaque fois^^

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s