Accueil·Jeunesse·Thriller

La loi du plus fort, de Luc Blanvillain

« Rien n’est dû au hasard, surtout pas cette histoire »

 

Genre : Thriller, Jeunesse
Nationalité : France
Date de publication : Juillet 2019
Éditeur : Casterman

Noteicones_01149 icones_01149  icones_01149 icones_01149

 

 

 

 

 

 

 


Résumé :

Martin, le grand frère adoré, a perdu son travail. Zoé, le fille charmante surgie de nulle part, a perdu son oncle. Léna, le petite soeur inquète, a perdu ses repères. Grisés par la chaleur de l’été, ils décident de partir tous les trois, avec Ptyx, le chien de Léna, pour passer quelques jours dans le chalet de l’oncle, au fond de la forêt.

Des vacances improvisées …

Sauf que.


Mon avis :

Croyez-vous au hasard ? Aux coïncidences ?  Ou bien pensez-vous que , comme le suggère ce roman « Rien n’est dû au hasard […] » ? Avant que je n’ouvre ce roman, je vous aurais probablement répondu « oui ». Mais devinez quoi ? La date inscrite sur la première page de cette histoire correspondait à celle où j’ai commencé ma lecture (libre à vous de me croire ou non). Coïncidence ou simple hasard heureux ? Je m’interroge encore. Mais il y a une chose dont je suis parfaitement sûr, c’est que cette histoire ne m’a pas laissé indifférente. Loin de là. 

En effet, j’étais curieuse de voir ce qui se cachait derrière ce mystérieux synopsis. Que cachait donc cette histoire qui ne devait rien au hasard ? Du suspens, quelques frissons et des émotions diverses, voilà ce qui se dissimulait dans les pages de ce roman. Un cocktail savoureux qui m’a convaincu sans pour autant parvenir à enflammer mon coeur de lectrice. Et ce pour plusieurs raisons.

L’une d’elle est que l’intrigue, à mon sens, s’apparente à une montagne russe : une lente ascension, un peu ennuyeuse et par là suite une déferlante de sensations. L’intérêt de la première partie du roman est le suspens qu’elle renferme. Beaucoup de questions sont posés, on sent que quelques choses se prépare sans vraiment savoir ce que c’est. Enfin si, mais je reviendrai sur ce point un peu plus tard. Tout bascule vers le milieu du roman avec un événement qui m’a complètement chamboulé et qui a su ressusciter mon intérêt, au point que j’ai dévoré la seconde partie en quelques heures. L’ambiance y est plus sombre, plus terrifiante, digne d’un bon thriller. Quelques frissons d’angoisse et un brin d’indignation sont venus pimenter ma lecture pour mon plus grand plaisir. Par contre, pour en revenir au point que j’évoquais précédemment, certains aspects de l’intrigue sont quelques peu évidents et n’ont pas grand chose de mystérieux. D’autant plus que « l’enquête » menée par l’héroïne est légèrement fluette. C’est ce déséquilibre entre les deux parties qui m’a un peu posé problème même si j’ai conscience que cela contribue en un sens à rendre la seconde partie plus « intense ».

Autre raison qui a très probablement évincé le coup de coeur : le manque d’empathie pour les personnages. Je n’arrive pas véritablement à savoir pourquoi mais mise à part pour Ptyx, le sort des personnages m’était égal. Je n’ai pas réussi à ressentir de la compassion pour eux ou un quelconque réel intérêt. Toutefois, cela ne veut pas dire que je ne les ai pas apprécié. Je sais, ça semble un peu incohérent dit de cette façon mais ça qui me pose problème. Les personnages sont bien travaillés et réalistes, chacun d’eux possède une part d’ombre qui se dévoile petit à petit au fil des pages et c’est ce qui m’a plu. Il n’y a pas de véritable héro au coeur pur, chose fortement appréciable à mon sens. Pourtant, ça s’arrête là. Je n’ai pas de préférence parmi tous ces personnages, pas même Léna, notre héroïne. Je ne me suis même pas ému du sort de l’un d’eux (alors que je suis une hypersensible au coeur en mousse). Et c’est fort dommage.

En somme, ce roman, malgré ces quelques petits « défauts », n’en reste pas moins un bon thriller où suspens et frissons sont au rendez-vous. Je ne manquerai par ailleurs pas de suivre les prochaines œuvres de cet auteur car j’ai particulièrement aimé son style d’écriture aux allures légèrement proustienne. Et toi, cher lecteur ou lectrice, es-tu prêt(e) à vivre une expérience où le hasard n’existe pas et où règne « la loi du plus fort » ?  

 

Tous droits réservés. Reproduction interdite.
Tous droits réservés.

 

 

 

 

 

 

 

 


L’auteur:

Passionné par les mots, Luc Blanvillain est l’auteur de romans pour les enfants, les adultes et aussi les adolescents. Souvent du côté de la comédie familiale, notamment avec La nébuleuse Alma paru chez L’École des loisirs, il signe chez Casterman son premier Thriller.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s