Accueil·Fantasy·Mes chroniques

Powerful, tome 1 : Le Royaume d’Harcilor, de S.N Lemoing

 « Il faisait partie des Silarens, les humains qui possédaient des pouvoirs magiques. Ceux qui n’avaient pas eu la chance d’en disposer à leur naissance étaient appelés lesilarens. »

Afficher l'image d'origine

Genre : Fantasy, Aventure
Nationalité : Français
Date de publication :  2015
Éditeur : Auto-édité

Note :  icones_01149 icones_01149 icones_01149 icones_01149

 

 

 

 

 


Résumé :

Depuis douze ans, le pouvoir a été usurpé au royaume d’Harcilor.
Cyr, un homme de savoir, et son fils adoptif, Kaaz, ont constitué une école secrète.En effet, dans ce monde certaines personnes naissent dotées de pouvoirs magiques : les Silarens.Seulement, il n’est pas toujours aisé de déceler ses pouvoirs.Ils seront bientôt rejoints par une jeune femme bien mystérieuse qui a beaucoup à leur apprendre.Alors que Litar, reconnu comme l’être le plus puissant du royaume s’absente durant quelques temps, ils entrevoient pour la première fois la possibilité d’agir.
Parviendront-ils à retrouver leur liberté ? Feront-ils les bons choix ?


Mon avis :

Il m’est totalement impossible de débuter ma chronique sans remercier au préalable l’auteure de ce roman, S.N Lemoing, sans qui je n’aurais pu découvrir et voyager au cœur du royaume médiéval d’Harcilor.

Et, pour ne rien vous cacher, j’ai vraiment apprécié ce voyage et ce malgré de légères perturbations. Tout d’abord, contrairement à ce que l’on peut s’attendre lorsque l’on entend parler de fantasy, il n’est pas question ici d’elfes ou de toutes autres créatures magiques. En effet, ce roman sort des sentiers battus puisqu’il n’est question que d’humains, certains possédant des pouvoirs, d’autres en étant dépourvus. Cette originalité m’a beaucoup plu, d’autant plus que ces personnages évoluent à l’époque médiévale et que l’auteure nous faire découvrir une langue ancienne, le Tystena. Le petit guide à la fin de l’ouvrage est très appréciable car on peut véritablement s’approprier la langue et la parler sans la dénaturer. Les chansons et les proverbes en tystena, que l’on retrouve tout au long du livre, renforce ce sentiment de pénétrer véritablement au sein d’un peuple et d’en découvrir l’histoire ainsi que les us et coutumes. Même chose pour les lieux et l’environnement, les descriptions permettent de bien visualiser le décor dans lequel évolue les personnages.

À côté de ça, on rencontre une multitude de personnages, chacun possédant un caractère propre et bien défini. Malheureusement, je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher à eux et c’est sans nul doute parce qu’ils sont vraiment nombreux. Je me suis plus d’une fois perdue dans le flot de noms et prénoms et je mettais un certain temps à me rappeler qui était qui. Toutefois, quelques personnages ont su susciter un réel intérêt : Cyr, Kaaz,  Selna et Chellis. Le premier incarne la sagesse et la raison, le deuxième la fougue et le courage, la troisième l’espoir et la force et enfin la dernière la fragilité et la détermination. Chaque personnalité est très bien décrite et transparaît dans les actions de chacun.Toutefois, Kaaz m’a légèrement déçu à la fin du roman. Je n’ai pas compris sa réaction vis à vis de Selna et je le pensais un peu moins égoïste.Néanmoins, le fait de découvrir ces êtres disparates  tout au long de l’ouvrage permet de rythmer notre lecture et d’éviter les temps morts.

J’en viens maintenant à l’intrigue. Il y a beaucoup d’action mais pas trop non plus. Les scènes de combats sont celles qui m’ont incontestablement tenu le plus en halène. C’est dans ces moments là que l’on visualise précisément les pouvoirs de chacun et comment ces derniers en usent. De même, les rebondissements arrivent au bon moment et relance parfaitement l’intrigue. Le seul petit bémol est le « jonglage » récurrent entre le présent et le passé au début du roman. Une fois de plus, j’ai eu un peu de mal à me repérer, même si les nombreuses analepses permettent de comprendre les événements présents et les motivations des personnages. J’ai quelque peu regretté le fait que l’on entende finalement peu parler du roi autoproclamé et de son fils Litar, celui n’apparaît réellement qu’à la fin. Malgré tout, j’ai fini par m’habituer à cette narration décousue. L’histoire est très bien construite et très riche. J’ai notamment été charmée par la plume de l’auteure, avec cette écriture fluide et travaillée.

Si on récapitule, Powerful est une saga prometteuse qui mérite d’être découverte. C’est pour cette raison que je vous encourage vivement à vous plonger dans cet univers médiéval et épique car vous ne le regretterez pas !

Une fois encore, je remercie S.N Lemoing ainsi que Livraddict pour m’avoir donné la possibilité de découvre l’histoire de ce peuple asservi qui lutte pour des jours meilleurs.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture à tous !


L’auteure :

 

S. N. Lemoing est née en 1987 en région parisienne.
Elle a travaillé en tant qu’assistante de production dans l’audiovisuel. A côté, elle a pu écrire, réaliser et produire deux web-séries ainsi que des courts-métrages.

L’envie d’écrire sans contraintes l’a conduite à devenir auteure indépendante. Son premier roman est le tome d’une saga de fantasy « Powerful », bien accueilli par plus de vingt blogueurs littéraires.

Un univers détaillé, des personnages complexes, plusieurs intrigues qui s’entremêlent : son travail est un équilibre entre lutte et contemplation.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Powerful, tome 1 : Le Royaume d’Harcilor, de S.N Lemoing »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s