Accueil·Dystopie·Mes chroniques·Science-fiction

U4, Jules, de Carole Trébor

 « Rejoignez-moi. Ensemble, nous pourrons éviter la catastrophe en réécrivant le passé. […] Rendez-vous le 24 décembre à minuit sous la plus vieille horloge de Paris. Kronos »

Couverture U4 : Jules

Genre : Science-fiction, Dystopie
Nationalité : Français
Date de publication : 2015
Éditeur : Nathan

Note :  icones_01149 icones_01149 icones_01149  icones_01149

 

 

 

 

 

 

 


Résumé :

Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n’a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong, lorsque l’épidémie a commencé de se propager. Le spectacle qu’il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu’il ne pourra pas tenir longtemps en autarcie. Pour affronter l’extérieur, Jules redevient le guerrier impavide qu’il était dans le jeu. Il va alors retrouver son frère aîné, qui se drogue et dont il ne peut rien attendre, puis secourir une petite fille qui a mystérieusement échappé au virus et qu’il décide de prendre sous son aile. Son seul espoir : le rendez-vous fixé par Warriors of Times.


Mon avis :

C’est le second tome de la saga U4 que je lis et, pour ne rien vous cacher, j’ai été plus emballé par ce dernier que par le précédent. Même si, entre le milieu et la fin du roman, je savais globalement ce qui allait se passer, notamment lorsque les quatre protagonistes se retrouvent, j’ai adoré découvrir le point de vue de Jules. Je trouvais déjà le concept intéressant mais maintenant je peux affirmer que ça fonctionne parfaitement ! Je fais partie de ces personnes, peut-être rare, qui ne relisent pas un livre, même s’il m’a énormément plu. Du coup, je me suis demandée si ça ne me lasserait pas de relire des scènes que je connaissais déjà. La preuve en est que pas du tout, au contraire, c’est ce que j’ai préféré, d’autant qu’il n’y a pas d’incohérences.

Et puis, Jules et Stéphane sont des personnages diamétralement opposés avec des visions totalement différentes du monde. Je me suis d’ailleurs beaucoup plus attachée à Jules qu’à Stéphane. Son côté immature et grand rêveur s’amenuise petit à petit au fil de l’histoire mais sa timidité et sa fragilité, malgré sa carrure imposante, elles demeurent et c’est ce qui m’a plu. Il m’est apparu plus humain, notamment à cause de son affection envers Alicia, alias la Minuscule, dont il se fait un devoir de protéger. Elle l’empêche de sombrer dans la peur et de renoncer à survivre. Ce personnage très enfantin m’a touché car elle apporte un peu de fraîcheur et d’innocence à l’état pur. De même, découvrir les membres et le fonctionnement de la Communauté est vraiment intéressante, chacun ayant un rôle bien défini et le surnom qui va avec, petit point qui m’a un peu amusé.

En dehors des personnages, j’ai trouvé que l’intrigue était beaucoup moins intense que dans le tome précédent, malgré quelques épisodes qui font monter la pression. C’est sûrement dû au fait que Jules est le seul à ne pas quitter sa ville et aussi le seul à vivre en groupe. Pour autant, cela ne m’a pas gêné car la fin m’a littéralement emballé. Beaucoup d’action et d’émotions, surtout à la toute fin, moment poignant où l’on peut lire un véritable message d’espoir. Mais (oui il y en a un !), je n’arrive pas à m’y faire, à cette fin, car j’en veux encore. C’est un très beau point final à l’histoire de Jules que nous propose Carole Trébor mais je n’arrive pas à me dire que c’est la fin. Tout semble au final aller tellement vite qu’on aimerait en savoir plus. Et d’un autre côté, non, car comme je l’ai dit (oui, je me répète) cette fin est vraiment parfaite telle qu’elle est. Je suis tiraillée entre l’envie d’en savoir plus et le plaisir que m’a procuré cette fin. Par chance, il me reste encore deux tomes à découvrir. J’espère que ma curiosité sera assouvie, même si je commence à en douter car, tout comme le précédent tome, j’ai l’impression que les sujets du virus et de WOT ne sont qu’effleurer, et moi, je veux en savoir plus ! (Curieuse comme je suis). Malgré tout, je ne désespère pas. J’ai hâte de découvrir le prochain tome, Yannis, qui attend patiemment dans ma bibliothèque pour être dévoré !

En attendant, je vous souhaite une bonne lecture à tous !


L’auteure :

Afficher l'image d'origine

Carole Trébor est une écrivaine française, auteur de littérature d’enfance et de jeunesse. Elle a aussi exercé les professions d’historienne et de réalisatrice de documentaires.  Sa première série historique-fantastique, Nina Volkovitch, qui se déroule sous la dictature stalinienne des années 1940, a reçu plus de 10 prix littéraires4 dont le Prix Saint-Exupéry 2013 et le Prix Imaginales des Collégiens 2013. En 2015, elle est élue Présidente de la Charte des Auteurs Illustrateurs Jeunesse5. Elle est l’un des auteurs de la saga post-apocalyptique U4 (chez Nathan / Syros), dont elle signe le roman U4 Jules6, aux côtés de ses trois co-auteurs Yves Grevet,Florence Hinckel et Vincent Villeminot qui signent respectivement les trois autres titres U4 Koridwen, U4 Yannis et U4 Stéphane.

Publicités

2 réflexions au sujet de « U4, Jules, de Carole Trébor »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s